Lettre à Mme BOULMAÏZ

...l'orthoptiste de l'hôpital Avicenne (11 septembre 2007)

« le 11 septembre 2007
Objet : examens orthoptiques réalisés le 14 février 2007 dans le cadre d’une expertise médicale judiciaire dirigée par le Professeur Gilles CHAINE
Madame,
Je vous écris sur les conseils de la Responsable du service du Droit des Usagers de l’hôpital Avicenne.
Je vous demande de bien vouloir m’établir un nouveau compte-rendu de la séance d’orthoptie du 14 février 2007. En effet, celui que le Professeur CHAINE a annexé au rapport définitif est incomplet et comporte certaines erreurs :

– Il ne mentionne pas, noir sur blanc, que la diplopie est présente dans toutes les positions du regard, y compris dans le regard en position primaire (sauf de près – distance de lecture – où le cerveau, apparemment, supprime une des deux images). Du coup, le Professeur CHAINE affirme dans son rapport, qu’il n’existe pas de diplopie en position primaire, ce qui est totalement faux. (pp. 13 et 23) ;
– Il ne précise pas que les prismes ne corrigent que le regard en position primaire, si bien que le Professeur CHAINE fait croire, qu’avec les prismes, la diplopie disparaît totalement, de tout le champ visuel. (pp. 12, 18 et 19) ;
– Il ne précise pas que la diplopie augmente, à la fois, avec la distance et à mesure que l’on s’éloigne de la position primaire, en bas, en haut, et sur les côtés et que, par conséquent, la correction prismatique est une correction a minima ;
– Il ne précise pas que les diplopies obliques induisent une position vicieuse de la tête qui provoque des douleurs cervicales constantes, si bien que le Professeur CHAINE nie, purement et simplement, l’imputabilité de cette position vicieuse à la diplopie ;

– Il ne mentionne pas le test à la lampe rouge qui met en évidence les champs de vision dans lesquels se manifeste la diplopie ;
– Il parle de phorie alors qu’il s’agit de tropie. Je suis également étonnée que la déviation de près soit plus importante que la déviation de loin alors qu’il n’est pas noté de diplopie en vision de près.
– Concernant le test de Wirt, il mentionne : « La stéréoscopie au With est normale ». Cela est faux puisque je n’ai pas du tout réussi à percevoir le relief des pions. Cela n’est pas étonnant, d’ailleurs, puisqu’une tropie, petite ou grande, s’accompagne généralement d’une atteinte importante de la perception du relief.

– Dans la conclusion du compte-rendu, on peut lire : « la correction avec prisme est convenable pour compenser la diplopie et la déviation retrouvée à l’écran ce jour mais Madame BUCHER décompense rapidement et subjectivement demande plus de prismation… » Je voudrais qu’il soit précisé que, contrairement à ce que l’on pourrait penser à la lecture de ces lignes, je ne fais pas exprès de décompenser et d’avoir besoin d’une correction plus importante. Je n’ai pas le choix. Ce n’est pas comme je veux. Cela vient d’une « horreur fusionniste », que j’ai héritée des opérations – tout comme la diplopie. Mes yeux ont perdu la capacité de fusionner. Il ne suffit donc pas de corriger un peu la diplopie en comptant qu’ils fassent le reste. Il faut tout corriger, superposer totalement les deux images, sinon, je vois double. En clair, une correction moins importante est insuffisante puisque je décompense, en d’autres termes, que les images se dédoublent rapidement.
– J’ai des difficultés à diverger plus que des difficultés à converger ;
– Je voudrais que l’on ne présente pas la rééducation orthoptique comme la solution miracle qui met fin à tout problème : j’ai largement dépassé les 200 séances de rééducation et mes problèmes sont toujours là. Evidemment, le Professeur CHAINE en a profité pour minimiser le problème et le présenter comme résolu.
– Enfin, en page 23 du rapport, le Professeur CHAINE écrit : « L'expert ne peut que se rapporter aux résultats de l'examen qui a été pratiqué le jour de l'expertise qui met en évidence une limitation du droit inférieur gauche, responsable d'une diplopie modérée dans le regard vers le bas. » D’une part, c’est le muscle droit inférieur droit qui est très limité, pas le gauche – ce que confirme le scanner orbitaire de janvier 2007. D’autre part, et surtout, il s’agit, là, d’une lecture totalement fantaisiste et erronée du test de Lancaster du 14 février. Ce test ne limite nullement la diplopie au regard en bas (et à gauche). Je voudrais que vous ayez la gentillesse de bien vouloir préciser ce point.
Je vous remercie de votre attention et de votre aide et vous prie d’agréer, Madame, l’expression de ma considération distinguée.»

--------
P.S. Mme BOULMAÏZ n’a pas daigné répondre à mon courrier. Visiblement, elle ne me reconnaissait aucun droit de remettre en cause quoi que ce fût que l’Expert CHAINE – ou elle-même
– ait pu écrire sur mon compte ou sur le compte de ma diplopie.  

Azureine, victime de fautes médicales et d’expertises judiciaires bidon

 

fautes médicales faux en expertise médicale judiciaire Pr Gilles CHAINE

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×